Carlos DesignerCarlos Designer
architecture d'intérieur, décoration, design d'objets

Cuisines d'aujourd'hui

Récup’ et fantaisie, l'esprit d'ouverture

Ce sont quatre studios regroupés en triplex que le designer Carlos Pujol a été chargé d’agencer et de décorer. Les propriétaires ne l’ont pas contacté par hasard et connaissent sa fantaisie et sa créativité, son goût pour la récup’ et le détournement, le tout saupoudré d’une certaine conscience écologique… Ils lui laissent donc carte blanche – pour l’ensemble de la maison. Côté cuisine, les propriétaires n’ont que deux prio-rités : qu’elle soit largement ouverte sur la pièce à vivre, et très conviviale, donc dotée d’une très grande table. Une fois murs et cloisons abattus, le designer implante séjour et cuisine sur un même plateau de près de 100 m², sans qu’aucune séparation ne vienne marquer la limite de l’un ou l’autre. Conviviale et fonctionnelle, l’implantation en îlot s’impose et déἀnit subtilement l’emprise de la cuisine. L’ensemble des meubles est réalisé à partir de caissons achetés sans porte (Ikea), ces dernières ayant été confectionnées par un menuisier à partir d’un bardage de récupéra-tion, poncé puis teinté selon les directives de Carlos Cujol. La cohérence de la démarche ne pouvant se satisfaire d’un sage alignement de poi-gnées, ce dernier a choisi de consteller les portes d’une multitude de boutons en céramique implantés de façon aléatoire.

Fonctionnel, l’îlot comporte l’évier et la plaque de cuisson à induction, préférée blanche pour une meilleure intégration (Electrolux). Le plan de travail est réalisé sur mesure en Corian® blanc, matériau d’habillage qui se développe par plaques et qui doit être mis en place sur un support (le plus souvent des panneaux d’agglo hydrofuge). Son apparente épaisseur n’est qu’une illusion – ce qui est préférable pour réduire le poids de l’ouvrage car, même ainsi conçu, ce plan a malgré tout nécessité huit personnes pour être mis en place ! Large de 130 cm et long de 300 cm, l’îlot est encadré par deux tables monumentales créées par le desi-gner. Hautes d’environ 120 cm, elles sont composées d’un piètement métallique monté sur roulettes, et d’un plateau réalisé avec un ancien parquet de chêne. Stocké dans le froid, celui-ci n’a été mis en œuvre qu’après stabilisation à température ambiante. Une fois collé, il a ensuite été poncé pour produire une surface bien lisse, puis protégé par un ver-nis. La créativité ne nuisant pas à l’esprit pratique, Carlos Cujol a conçu ces deux tables d’égales dimensions, de façon à ce qu’elles puissent s’assembler autant bout à bout que côte à côte, voire en angle puisque leur largeur (120 cm) est moitié moindre que leur longueur (240 cm).

 

______________________________________

 

1. Frontière symbolique entre séjour et cuisine, la cheminée  est habillée de corniches en staff récupérées.

2. La disparité des sols n’est pas d’origine mais voulue  par le designer, comme un clin d’œil au passé du bâtiment.

3. plus hautes que le plan de travail, les tables peuvent accueillir  un maximum de convives et dissimulent en partie le désordre.

4. Rien n’arrête le regard entre la cuisine et la pièce à vivre, conçues toutes deux dans une même cohérence et une égale fantaisie. 

5. Les suspensions ont été créées par Carlos Cujol avec des bocaux dont les couvercles ont été uniformisés par une peinture noire.