Carlos DesignerCarlos Designer
architecture d'intérieur, décoration, design d'objets

De Fil en Déco

Situé au coeur de la ville, entre le quartier du Boulingrin et la place d’Erlon, cet ancien immeuble composé de quatre studios a été complètement transformé et réhabilité en loft par Carlos, designer de l’agence carlos.fr. La toiture et la charpente ont été entièrement démolies pour créer une surélévation abritant un bureau et une terrasse. Si à l’origine le bâtiment disposait de 160 m2 habitables, il offre aujourd’hui une surface de 300 m2 dont 50 m2 de terrasse.

 

un agencement à l’espagnole

Au regard de l’exposition du bâtiment, les pièces de sommeil et d’eau ont été aménagées au premier étage. Le séjour et la cuisine se situent au deuxième étage ; le bureau et la terrasse au troisième étage. Comme il est d’usage dans les pays hispaniques, les pièces de vie ont été aménagées au niveaux supérieurs pour bénéficier d’un maximum de luminosité. À chaque niveau, les cloisons ont été abattues afin de redessiner totalement les espaces. Un linteau métallique de 2,8 tonnes a été installé pour soutenir la structure. Au sol, les parquets qui n’étaient pas de niveau ont été enlevés et remplacés par du plancher chauffant. La majorité des murs ont été décapés pour remettre à nu les briques d’origine. Ces dernières ont été sablées, nettoyées et stabilisées avec un vernis mat pulvérisé qui offre un aspect feutré tout en conservant l’esprit underground du lieu.

 

une entrée nature

L’entrée a été décorée dans des tons chocolat acajou et blanc. Il y flotte une ambiance fraiche et naturelle : des troncs de bois font office de porte-manteaux et des lampes de chevet inversées offrent un éclairage original. L’escalier a été travaillé de façon ludique. Chaque marche reprend une couleur du nuancier RAL. Ainsi les teintes évoluent de l’acajou à l’entrée pour revisiter l’ensemble des couleurs du nuancier au second étage.

 

un espace nuit au premier étage

Le premier niveau abrite quatre chambres dont une avec salle de bains attenante, une lingerie et une salle de bains indépendante. Cette dernière est décorée dans un esprit bichrome baroque, dans les teintes blanches et noires. Le lustre central apporte un éclairage de charme au plafond noir et sur les moulures et les cimaises des murs périphériques. La chambre parentale dispose d’une douche avec luminothérapie habillée de carreaux d’aluminium. Hormis l’îlot central et le miroir, l’ensemble du mobilier a été dessiné par le designer Carlos. Dans le couloir qui permet d’accéder au deuxième étage, les murs ont été recouverts d’archives de Paris Match pour créer une tapisserie ludique et unique en son genre.

 

une cuisine ouverte sur le salon

Le deuxième étage abrite la cuisine ouverte sur le salon. Elle est équipée d’un îlot central protégé par un plan de travail en Corian. Les façades des meubles de cuisine sont habillées de bardages de récupération. Toujours dans l’idée d’offrir une seconde vie aux objets, l’éclairage de la cuisine est composé de bocaux recyclés et suspendus à différentes hauteurs.

 

un salon éclectique

La démolition de l’ancienne charpente a créé un décroché dans le mur du salon. Aujourd’hui, cette particularité est devenue un atout : le propriétaire y range des meubles et des bibelots qui habillent l’espace. Au centre de la pièce, les tables métalliques ont été fabriquées sur mesure à partir de lames de parquet. La cheminée, transition entre la cuisine et le salon, a été réalisée sur la base d’un conduit tout inox intégré à l’origine du projet. Son encadrement est habillé de moulures en stuc récupérées chez un brocanteur lors de la démolition d’une maison de maître à Reims. Dans l’angle, l’escalier métallique dispose d’une structure autoporteuse : il est composé d’un seul limon encastré dans le mur et scellé au sol. Les marches ont été boulonnées et soudées à ce limon devenu invisible pour offrir un aspect aérien. Le poteau d’angle marque par son originalité : des bandes dessinées chinées sur des brocantes ont été percées pour noyer le poteau dans les livres. Le rendu est tout aussi aérien que l’escalier.

 

Design d’objet

Adepte de la récupération et du détournement d’objet, Carlos a imaginé de nombreuses créations pour décorer la maison. Comme par exemple le « lustre lunettes » qui trône dans le salon. Il est composé de lunettes dénichées chez Emmaüs, d’une ossature métallique et de deux baladeuses de chantier. Le résultat est unique : les lumières reflètent à travers les verres des lunettes comme une boule à facettes et offrent à elles seules une ambiance de charme au salon.

 

Labeur et farniente au 3e étage

La terrasse était depuis le début un élément essentiel du projet. Aménagée sur 50 m2 avec un bardage de zinc et un plancher en bois, elle offre un cadre agréable et naturel pour les moments de détente. Véritable lieu de créations, le bureau rassemble du mobilier et des chaises disparates pour créer une atmosphère colorimétrique chaleureuse qui rappelle celle du salon. Le mobilier a été pensé sur mesure : notamment la table de travail réalisée à partir de deux tables sur roulettes  modulables et le bureau représentant une aile d’avion. Le plafond accueille un scénario ludique et loufoque où Superman propulse un sanglier empaillé dans le mur ! Enfin, pour faire face aux contraintes de ce bâtiment enclavé, Carlos a réalisé un travail important sur la luminosité du lieu. Ainsi, le bureau dispose d’une dalle de verre au sol de huit mètres carrés. Le châssis de toit du bureau a été positionné à l’aplomb pour que la lumière puisse traverser les dalle de verre et profiter au salon. La luminosité traverse donc les deux niveaux et offre une belle clarté à l’ensemble des pièces.

Par Aurélie Alric