Carlos DesignerCarlos Designer
architecture d'intérieur, décoration, design d'objets

Urban

Natif de Barcelone, le designer aux consonances catalanes est bel et bien français ! Installé à Paris, Carlos Pujol (www.carlos.fr) est un designer pluridisciplinaire qui rayonne de Bruxelles au rocher monégasque à la demande d’investisseurs, de professionnels de l’hôtellerie, de la restauration ou du commerce en général, mais aussi et surtout de particuliers qui souhaitent vivre dans un lieu unique !

Carlos, c’est quoi un designer ? [Rires !] Quand vous le saurez, vous me le direz ! Si je devais vulgariser la définition, je dirais que c’est un «touche-à-tout» ; Philippe Starck en est le parfait exemple d’ailleurs ! Si je devais l’intellectualiser, rien que le mot est antinomique (!), je dirais que c’est un créateur pluridisciplinaire, à-même d’habiller un espace, de modéliser un objet ou de façonner une image selon des objectifs esthétiques, ergonomiques, commerciaux et/ou financiers spécifiques… le tout avec créativité s’il vous plaît !

Parlez-nous de ce «mini-loft» que vous venez de terminer dans le marais parisien ? Peut-on parler de loft dans 30 m2 ? Le mot loft désigne un logement constitué d’espaces ouverts. Une cloison mitoyenne, en l’occurrence un mur porteur, pour «morceler» un espace de 30 m2, ça laisse à penser qu’on est bien dans un loft non ?

Et réhabiliter une petite surface, c’est plutôt un exercice de style facile ou difficile ? Plus la surface est petite, plus il faut optimiser l’espace et plus il faut faire preuve d’ingéniosité pour «caser» tous les espaces et terminaux fondamentaux. Dans ce cas précis, la cliente souhaitait une large douche de 1 m2, un salon qui puisse servir de salle à manger, une cuisine avec autant d’électroménager qu’il en existe, un placard/penderie pour dissimuler l’essentiel… et une cheminée à l’âtre ! Après avoir mesuré l’espace d’origine avec précision (les murs sont rarement d’aplomb dans le cœur de Paris !), je me suis lancé dans des crayonnés qui ont donné lieu à ce concentré d’astuces !

Mais quand on parle de design et de loft, bien souvent, on pense a des endroits aseptisés… froids ! C’est un cliché ça cher Madame ! Pour l’anecdote, non seulement nous avons «casé» la cheminée, mais en plus, elle est double face ! On peut entendre le feu crépiter à la veillée, et continuer d’en profiter dans son lit ! L’intégration de la machine à laver/sèche ligne s’est faite côté cuisine, avec ouverture côté chambre derrière une porte en verre dépoli suspendue sur galets roulants ! Les teintes majeures que sont l’orange et le gris anthracite pigmentent l’espace de part et d’autre de l’appartement et le plancher qui a été rehaussé est composé de larges lames type plancher de wagon dans lequel d’authentiques pavés ont été intégrés sous une dalle de verre de 2x1m. Il y a plus froid comme loft non ? Il n’y pas de règle qui s’impose en matière d’architecture intérieure, si ce n’est celle du bon goût, mais qu’est-ce que le bon goût ?

Je vous le demande ! Je ne sais pas. Chacun a ses propres goûts et ses propres affinités ; il existe des tableaux de grands maîtres hors de prix dont je ne comprends pas le sens ! Peut-être que la vraie question qu’il faut se poser c’est est-ce que le bon goût est affaire d’argent ?!

Et alors ? Sûrement pas ! J’ai réalisé un hôtel dernièrement dans lequel trône un ensemble de simples caissons en MDF pêles-mêles. Il est vrai qu’à l’aide de quelques moulures flashies, des tapisseries vintage, de cordages et 2/3 accessoires ludiques, on en a fait un mobilier étonnant pour ne pas dire… détonnant  ! Les clients se plaisent à le photographier alors qu’il n’a pas forcément coûter cher ! Conclusion ? On peut faire beau avec peu. L’important c’est de plaire au public auquel vous vous adressez.

On peut donc faire un loft avec rien ? Malheureusement non ! Habiller un espace, qu’il soit personnel ou professionnel, c’est un savant mélange ! On n’est pas obligé d’importer du marbre bleu du Pérou pour avoir une belle salle de bain, mais lorsqu’on cherche à faire preuve d’ingéniosité, que l’on marrie des matières novatrices avec des couleurs contrastées par exemple, on peut compléter l’espace de belles robinetteries ou de beaux luminaires, restaurer et «customiser» de belles assises ou intégrer des mobiliers de jeunes créateurs pour arriver à un résultat fabuleux. A Monaco comme dans le reste de l’Europe, on ne manque ni de matériaux ni de matériels pour ce faire !